home Biographie Pr.Mbow press Discours Distinctions Photos du Pr.Mbow Publications Livres du Pr.Mbow Témoignages Toutes les vidéos du Pr.Mbow Évrivez quelque chose sur le Pr.Mbow    
Le Premier DG noir de l'UNESCO , le premier sénégalais a avoir reçu le Doctorat honoris causa en 1974
TEMOIGNAGE de Mr EL HADJI MADICKE  WADE

 


Amadou Mahtar MBOW et nous…

Ma rencontre avec Amadou Mahtar MBOW n’est pas une chose fortuite. Elle découle d’un nationalisme éloquent qui scella entre nous des sentiments de grandes dimensions qui ont dépassé la politique.
Je l’ai découvert quand déjà au Lycée Faidherbe il fit front aux enseignants colonialistes et réussit à gagner l’estime de toute la jeunesse qui déjà, entre 1952 et 1957 pressentit le besoin de la lutte pour l’indépendance.
MBOW me copta en 1953 alors que nous étions en vacances à Saint Louis avec mes amis Mawade, Abou Salam MBENGUE dans sa grande initiative « l’Education de base » qu’il avait créée dans son soucis d’alphabétiser les masses ou de parachever les connaissances de ceux qui n’ont pas pu poursuivre leurs études à l’école.
Il poursuivra cette œuvre partout au Sénégal, de Matam à Oussouye, de Kaolack à Dagana…
Nous lui tînmes compagnie et scellâmes avec lui des relations de grande fraternité.
Réaffecté  à Saint-Louis en  1956, je continue d’être avec lui dans « l’Education de base ».
Ce que je ressentais déjà en Mahtar MBOW, c’était un grand nationaliste, un progressiste, un évolutionniste qui était à la recherche d’une véritable avancée de son pays, de sa génération.
Je ne m’étais pas trompé d’analyser car, malgré que les politiques l’eurent cueilli à leur fins dans leurs associations d’intellectuels, il fit une percée et manifesta une personnalité marquante dans ses groupements venant de France et se distingua par un engagement extraordinaire. Il fut très tôt un partisan clair de l’indépendance nationale ! Il fit pour concrétiser cette option, une conférence remarquable à la « Bourse du Travail » de Saint-Louis, avec projection de films, sur la lutte pour l’indépendance du peuple d’Haïti et de Saint Domingue, sur Toussaint Louverture et ses compagnons, conférence qui illustra son option et nous n’étions au début de 1957.
Mamadou Dia en fit son Ministre de l’Education  dans le gouvernement autonome des années 58-59 avec les Ablaye Ly, Latyr Camara et autres authentiques démocrates nationalistes peut être pour les étouffer   et les désorienter !!! Mais personne ne réussira à désorienter Mahtar car, tous les démocrates de l’UPS claqueront les portes pour créer le PRA qui opta comme le PAI pour l’indépendance nationale immédiate dès les divergences s et confusions entretenues par Senghor et Dia après le congrès de Cotonou.
Les deux partis PAI et PRA lutteront cote à cote de 1958 à 1966. Il y eut beaucoup de ravage dans leurs rangs : élections municipales de Saint-Louis en 1960 ; le PAI fut laminé, dissout, désorienté par les arrestations et révocations de ces cadres de l’administration ; une répression terminée par un massacre des militants du PRA par Senghor (plus de 100 morts jetés à la mer le 1er Décembre 1963 ; arrestation de plusieurs cadres dont Amadou Mahtar Mbow..
Il faudra attendre 1966 pour que le machiavélique Senghor reparla d’unité nationale de tous les partis (sauf le notre, le PAI). Mahtar a tout fait pour que nous acceptions de venir avec eux dans cette unité.
J’étais alors dans la clandestinité quand mes deux frères Souleymane Ndiaye  SUEL et Oumar Diallo de Guet Ndar réussirent à me rejoindre de la part de Mbow pour que je contacte nos autres camarades de SEPO (Secrétariat Politique du PAI), mais nous rejetâmes l’unité avec Senghor, surtout quand celui-ci nous demande à nous seuls PAI de lui adresser une lettre par écrit pour accéder à cette soit distante unité. Mahtar aura tout fait pour que le PAI y accompagne le PRA, en vain.
Et malgré notre attitude, peut être trop juvénile à l’époque ou parce que peut être traumatisés par des actes de Senghor, Mahtar MBOW notifia à Senghor une condition pour qu’il accepta d’aller à l’unité et d’occuper le poste de Ministre dans le gouvernement sénégalais : libérer tous les détenus politiques et réintégrer dans leurs fonctions ceux qui étaient des enseignants… à tous les niveaux ! Quel beau geste…
J’irai jusqu’à croire que c’était à cause de moi !
C’est parce que j’étais sorti de la clandestinité d’accord avec le SEPO pour tester la sincérité de ce « vouloir unifier les Sénégalais » de Senghor que j’ai été immédiatement arrêté ! C’était la preuve que c’était aussi encore de la tromperie !
On libéra les détenus et l’on nous réintégra dans nos fonctions aussi rapidement que le vent. Mais nous n’acceptâmes pas d’aller à cette unité parrainée par Senghor, nous qui étions des membres du SEPO au Sénégal. C’est Majhmout Diop qui n’était pas au pays, qui nous lâchera et qui tout seul, avec des amis nouveaux rejoindra Senghor, bien après d’ailleurs. 
Donc cette dernière libération et cette réintégration dans mes fonctions en Septembre 1966, je le devais à Amadou Mahtar MBOW !
Mais je savais que Mahtar ne ferait pas long feu avec Senghor ! En effet, dès 1968, moins d’un an et demi, ce dernier profitera et prendra prétexte des événements de la gauche qui ébranlaient notamment le circuit scolaire et estudiantin pour chercher à arrêter Mahtar MBOW !
Heureusement que celui-ci avait certainement été prudent et vigilent et avait pris des précautions pour échapper à ses griffes.
Mais c’est à l’UNESCO où il fut élu Directeur, après 2 ou 3 années d’adjoint, qu’Amadou Mahtar MBOW a démontré tout son talent de responsable, de guide, d’organisateur, de dirigeant et d’intellectuel universel…
Il n’y oublia pas ses concitoyens Sénégalais et Africains : MBOW aida tout ce qui lui arrivait d’Afrique du Sénégal et finalement du Monde… Il ira jusqu’à mettre à la disposition des Sénégalais mourides parmi lesquels je me trouvais, les salles, les cours, les dépendances de l’UNESCO en 1979 pour un grand forum de diffusion de la pensée de Cheikhal Khadim en Europe, acte pour lequel Serigne Abdoul Ahad Mbacké, alors Khalif de Touba, devant nous, lui adressa des remerciements et des prières incommensurables. En tout cas, là au niveau de cette institution internationale MBOW convainquit toutes les honnêtes gens ! Ce fut l’apothéose de ses bonnes œuvres !
Il faut dire que tout Saint-Louisien, tout Sénégalais, tout Africain a été très fier et très honoré de la manière avec laquelle, Amadou Mahtar MBOW a dirigé l’UNESCO. On peut même dire, qu’il en a été le meilleur Directeur de sa création à la sortie de Mahtar et que toutes les nations du monde ont salué les œuvres de ce grand intellectuel du monde, ce que devrait être tout dirigeant de l’univers dans la gestion des biens de tous, ce que devraient être les rapports entre continents, même si certains Nations qui ont voulu développer dans cette institution une hégémonie maléfique dont seul un homme comme lui pouvait empêcher.
En ce me concerne, je me suis aperçu, que depuis « l’Education de base » Mahtar m’a toujours témoigné, à l’occasion de nos rencontres beaucoup d’affection, beaucoup de sentiments de fraternité qui n’ont cessé de m’attendrir  et pour lesquels je lui garde beaucoup de reconnaissance et d’amour.
Mon seul regret, c’est qu’il n’ait pas été Président de la République du Sénégal car, notre pays aurait de loin dépassé l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui.
En participant de tout cœur aux cérémonies de célébration de l’anniversaire de ses 91 ans ; je lui renouvelle mes sentiments de fraternité, mon encouragement et mon souhait de participer à tous ses projets qui concernent notre commune patrie.
Je lui souhaite aussi de tout cœur, une très longue vie encore 91 ans afin que le Sénégal, l’Afrique, le Monde continuent à bénéficier de son intellectualisme, de sa sagesse, de son expérience, de son courage moral, de son honnêteté qui servira toujours d’exemple, de sa disponibilité, de son esprit d’initiative sans limite, de son islamité sincère, irréprochable et de son esprit communautaire.
                                                                                                                                   

EL HADJI MADICKE  WADE
(Ancien représentant du PAI, Initiateur et Président du Kourél des 2 Rakkas jusqu’en 2004 et Président d’Honneur du Comité de Célébration des 91 ans du Pr AMADOU MAHTAR MBOW à Saint-Louis),

 

Facebook : facebook.com/amadoumahtarmbow
Twetter : twetter.com/amadoumahtarmbow
Mail : amadoumahtarmbow@gmail.com
Tél : (+221) 77 903 - 29 - 73 /